Notaires : une histoire en actes > Singularités biographiques > Edme Fournerat, un notaire accusé de meurtre

Singularités biographiques

Sommaire de l'exposition

Edme Fournerat, un notaire accusé de meurtre 1567
1 vue  - Edme Fournerat, un notaire accusé de meurtre (ouvre la visionneuse)

1 vue

Présentation du contenu :

L'histoire du notaire royal de Sens Edme Fournerat est fort singulière. Le 10 septembre 1568, il reçoit du roi Charles IX des lettres royales pour la provision de sa charge, en ces termes : « Charles, par la grace de Dieu, Roy de France, à tous ceulx que ces présentes lectres verront, Salut, Edme Fournerat nous a présenté requeste en notre conseil » : celui-ci fut pourvu « par feu notre très honoré seigneur & père de l'office de notaire royal en la ville de Sens » et l'a exercé jusqu'en l'année 1566. Dès lors, « estant poursuivi pour certain homicide par luy commis son corps défendant », il résigna son office en faveur de Jean Driot « à la charge de luy rendre et rétrocéder après que ledit suppliant auroit obtenu jugement sur son innocence ». Ayant été absout du crime dont on l'accusait, Me Fournerat voulut retrouver son office, mais Driot refusa. Jean Driot fut condamné par le parlement

de Paris à restituer l'office et finalement s'exécuta, ce pour quoi le roi autorise le notaire à « user plainement & paisiblement » de sa charge, sans autre appel possible. Les archives départementales de l'Yonne possèdent aujourd'hui 19 liasses de Me Edme Fournerat entre 1547 et 1572. Seule l'année 1567 est manquante. Elle correspond à la période durant laquelle le notaire dut se défendre du meurtre dont on l'accusait.

Arch. dép. Yonne, 40 B 2