Notaires : une histoire en actes > Singularités biographiques > Un comptoir pour ranger les minutes

Singularités biographiques

Sommaire de l'exposition

Un comptoir pour ranger les minutes 1673
2 vues  - Un comptoir pour ranger les minutes (ouvre la visionneuse)

2 vues

Présentation du contenu :

Maître Pierre Louiset, notaire royal à Coulanges, successeur de feu son père Etienne Louiset, également notaire royal, est décédé, laissant veuve son épouse Elisabeth Raveneau. Un inventaire des biens du défunt est alors effectué le 28 juin 1673, qui permet de questionner l'existence de ce notaire rural. On apprend ainsi comment était vêtu le notaire : Il portait un habit de soie noire, un pourpoint et des bas. Le défunt possédait « un comptoir ayant deux tiroirs & deux fenestres fermant à clef de trois serrures et garny de ces autres ferments dans lequel coffre ladite veuve a dict estre les nottes et minuttes dudit deffunt, prisé ledit comptoir, la somme de quinze livres. » Durant l'inventaire est également répertoriée une déclaration du roi concernant l'hérédité des offices des notaires royaux dont le défunt n'avait pas payé la somme de 75 livres. Les minutes du défunt sont cataloguées par dossiers-années entre les années 1657 et 1673. On y trouve aussi le registre du bailliage de Charentenay dont il était greffier. Mais les minutes de son père Me Etienne Loyset sont jugées inutiles et ne sont pas portées à l'inventaire. Elles ont dû disparaître à partir de ce moment, puisque les Archives de l'Yonne ne conservent aujourd'hui que celles qui figurent dans l'inventaire.

Arch. dép. Yonne, 3 E 11/2