Notaires : une histoire en actes > Singularités biographiques > Notaire et tisserand, François Prieur accusé d'avoir brûlé un contrat

Singularités biographiques

Sommaire de l'exposition

Notaire et tisserand, François Prieur accusé d'avoir brûlé un contrat 1707
1 vue  - Notaire et tisserand, François Prieur accusé d'avoir brûlé un contrat (ouvre la visionneuse)

1 vue

Présentation du contenu :

Le samedi 9 juin 1707 « François Prieur, notaire au bailliage de Sainte-Colombe lez Sens, résidance de Gron & tixier de sa profession, aagé de 52 ans » est interrogé par les magistrats de la justice criminelle de Sens. Ce notaire seigneurial, dont le notariat constitue une activité annexe, est accusé d'avoir fait disparaître des actes de son minutier, de les avoir fait déchirer et brûler contre une somme d'argent. L'affaire est grave, le notaire risque les galères. Incarcéré dans les geôles de Sens, le 5 juin 1708, il déclare être victime d'une tentative de corruption menée par un nommé Jean Chamillard qui s'était saisi d'un contrat rédigé par le notaire. Chamillard « tenant la minute la froissa entre ses mains » puis « brusla ladite minute à la chandelle » contre son gré, et lui jeta « une pièce de quatre solz sur la table ». François Pireur ajoute « qu'il ne voulust point accepter ny consentir à la suppression de ladite minute, au contraire dit qu'il s'en plaindroit », ce qu'il fit devant les juges. Dans la déclaration de 1708, le notaire-tisserand signale « qu'il y aura sept ans à la saint Barthélemy prochain qu'il a pris le bail du notariat du bailliage de Sainte-Colombe & presté le serment par-devant le bailly de Sainte-Colombe. » On perçoit ici la fragilité sociale de ce notaire mal considéré par les juristes sénonais qui le soupçonnent de s'être laissé corrompre. Toutefois, malgré les soupçons, il continue son exercice jusqu'en1729.

Arch. dép. Yonne, B 1er supplément 18