Notaires : une histoire en actes > Les études urbaines > Le privilège du coche d'eau de Sens : le bateau dit "Sénonois"

Les études urbaines

Sommaire de l'exposition

Le privilège du coche d'eau de Sens : le bateau dit "Sénonois" 1619
3 vues  - Le privilège du coche d'eau de Sens : le bateau dit 'Sénonois' (ouvre la visionneuse)

3 vues

Présentation du contenu :

Un document du 1er juillet 1619, signé par le notaire royal de Sens Me Beaulant, établit formellement la création d'un coche d'eau bien antérieur à cette date, résultant d'une donation faite par le roi à Vincent de la Marque, son garde du corps. Ce privilège permettait le transport des passagers de Sens à Paris, et de Paris à Sens, sur un bateau appelé « Le Sénonois ». En voici la transcription : « En personne Jacquet Febvre, Me thonnelier demeurant à Sens, tant en son nom que pour et soy faisant et portant fort de Fançoise Sauvage, sa femme, à laquelle a promis et sera tenu de faire ratiffier le contenu entier en ces présentes, touttefois et quantes que requis en sera, a recongneu et confessé avoir ceddé, quicté, transporté dès maintenant à tousiours et sans aulcune garentye quelle quelle soyt, à Jehanne de la Marque, sa belle mère, veufve de deffunct Edme Sauvage, père de ladite Françoise Sauvage, demeurante audict Sens, présente en personne, ce acceptant, une et ung chacune es droictz non raisons et actions que ausdictz Febvre et sa femme permect faire, compecter et appartenir, à certaine donnation faicte par Sa Majesté à deffunct Vincent de la Marque, vivant garde du corps de sadicte Majesté, de l'establissement du batteau dict Senonois sur la rivière d'Ionne, venant dudict Sens à Paris, et de Paris à Sens, ensemble de toutes et chacunes les poursuittes et ses instances et aussi des choses qui s'en sont depuis faictes et poursuivyes jusques à huy, allencontre de toutes personnes quelles quelles soient et le tout sans rien réserver ni excepter de la part dudict Febvre et de sadicte femme, pour par ladicte Jehanne de la Marque en faire toutes poursuittes et contrainctes qu'il appartiendra et besoing sera, la subrogeant à cet effect par ledict Febvre pour luy et pour sadicte femme en leur lieu et place faict comme dessus, sicomme, etc, promectant, etc, obligeant corps et bien, etc, faict et passé audict Sens en l'estude dudict juré le lundy premier jour de juillet l'an mil six cent et dix neuf, en présences de Claude Beaulant, practicien, et Nicolas Paupardin, Me thonnelier à Sens, demeurantz audict Sens, tesmoingz, ladicte Jehanne de la Marque a dict ne scavoir signer, de ce interpellée par ledict juré suivant l'ordonnance. Febvre. Nicolas Paupardin. Beaulant, notaire royal. ».

Arch. dép. Yonne, 3 E 22/104