Accueillir, soigner, guérir > Des remèdes et des techniques pour guérir ? > La chirurgie : de l'externe vers l'interne > Combattre les microbes : l'antiseptie

La chirurgie : de l'externe vers l'interne

Sommaire de l'exposition

Combattre les microbes : l'antiseptie 1902
1 vue  - Combattre les microbes : l'antiseptie (ouvre la visionneuse)

1 vue

Présentation du contenu :

Malgré le développement de l'anesthésie et la mise au point d'instruments chirurgicaux performants, la chirurgie du début du XIXe s. est encore caractérisée par une forte mortalité (environ 70%).

Les recherches menées par Louis Pasteur entre 1857 et 1872 identifient l'existence de micro-organismes véhiculés par contact (soignants, matériels chirurgicaux) et dont la destruction doit impérativement avoir lieu avant qu'ils ne touchent et n'infectent la plaie opératoire.

La principale mesure antiseptique adoptée est celle du lavage des mains entre chaque contact (intervention chirurgicale, dissection ou accouchement).

Cette technique permet d'éliminer à la fois les salissures et la flore de passage, et de réduire la flore résidente. Entre le dernier quart du XIXe s. et les premières années du XXe s., tous les hôpitaux icaunais se dotent d'installations fixes ou mobiles incluant des barillets pour l'eau bouillie et le savon, des lavabos permettant le lavage des mains et des bras et le brossage des ongles, et des robinets à pédale. La mortalité dans certains services diminue considérablement : celle des services de maternité chute de 12 à 2,3 %.

Matériel de lavage des mains, catalogue des établissements Flicoteaux, Borne et Boutet [1902], arch. dép. Yonne, H-dépôt 16/4 O 1