Accueillir, soigner, guérir > Des hommes et des femmes pour soigner > Se former : de la théorie à la pratique > S'exercer sur les corps : la dissection

Se former : de la théorie à la pratique

Sommaire de l'exposition

S'exercer sur les corps : la dissection 23 février 1813
1 vue  - S'exercer sur les corps : la dissection (ouvre la visionneuse)

1 vue

Présentation du contenu :

La connaisance théorique du corps humain par les futurs médecins et chirurgiens s'avère rapidement insuffisante, et l'observation du corps disséqué nécessaire.

Les séances de dissections restent toutefois exeptionnelles ; pratiquées en plein air ou le plus souvent dans des passages publics, elles n'ont lieu qu'une ou deux fois par an.

Si dans les villes de facultés, on construit peu à peu des amphithéâtres qui permettent au démonstrateur d'indiquer et de commenter l'observation du corps, à Sens, les chirurgiens demandent qu'une pièce, non exposée au public et équipée très sommairement, leur soit réservée.

Il est tout aussi difficile de disposer de cadavres (généralement des patients décédés à l'hôpital) qu'il faut examiner rapidement : il faut agir vite car on ne sait pas conserver les corps. À défaut, on utilise des squelettes ou des planches anatomiques composées de pièces en bois superposées.

Délibération du Conseil d'administration de l'hôpital de Sens (23 février 1813), arch. dép. Yonne, H-dépôt 4 VII/ L 7