Rechercher

Les Archives Départementales

Imprimer cette page

Archives départementales de l'Yonne

 

  • Hôpital-hospice de Brienon-sur-Armançon
  • Contexte

  • Nom du producteur

    Hôpital (Brienon-sur-Armançon, Yonne)
  • Modalités d'entrée

    H-dépôt 15 : dépôt du 10 avril 2014 ; H 2359, 2401 : dévolutions révolutionnaires

  • Contenu et structure

  • Présentation du contenu

    La date de fondation de l'hôtel-Dieu de Brienon est inconnue, mais son existence est attestée au XIIIe s. Par un arrêt du Conseil du roi en date du 15 avril 1695, les bâtiments, les biens et les revenus de la maladrerie Saint-Fiacre de Venizy et de celle de Brienon sont réunis à ceux de l'hôtel-Dieu. Les ladres quittent l'île Saint-Martin pour rejoindre les bâtiments de l'hôtel-Dieu dans la cité et les habitants de Venizy disposent désormais de deux lits établis à perpétuité à Brienon. La maladrerie de l'île Saint-Martin, comme celle de Venizy deviennent des exploitations agricoles louées à la population.

    Par les lois du 19 mars 1793 et du 24 messidor an II, l'ensemble des biens de l'ancien hôtel-Dieu, devenu hôpital-hospice, est remis à l'État, seul désormais chargé de la distribution des secours. À ce titre, les biens de l'ancienne maladrerie Saint-Fiacre de Venizy sont vendus comme bien national le 19 frimaire an III. La loi du 16 vendémiaire an V, en abrogeant celle de l'an II, lui restitue ses biens et ceux déjà vendus sont remplacés par d'autres confisqués aux émigrés. Durant le XIXe s., l'hôpital-hospice est toujours établi dans les bâtiments de l'ancien hôtel-Dieu, formant un ensemble de bâtiments situés entre la rue de l'hôtel-Dieu et celle du Collège à proximité de l'hôtel-de-ville ; des travaux d'appropriation sont effectués durant toute la période : une chapelle est construite en 1875 en partie grâce aux legs Deslions et Glaive-Pailleret et à une loterie organisée dans la commune. En 1903, Joséphine Rousselet, veuve de François Normand, fait part au conseil municipal de Brienon de sa volonté de construire un nouvel hôpital et de le doter d'une somme de 10 000 francs et de divers objets lui ayant appartenu. Après accord des autorités, les premiers malades entrent dans l'hôpital-hospice, situé sur la route de Saint-Florentin, le 1er janvier 1906.

  • Conditions d'accès et d'utilisation

  • Instrument(s) de recherche

    Cros (Céline), Hôpital de Brienon-sur-Armançon, répertoire méthodique détaillé, format électronique, 2015.


     



Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental